Déconfinons la conversation autour des violences genrées!

Comme chaque année, la campagne 2021 des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes se tiendra du 25 novembre 6 décembre prochain. La TCMFM vous invite à porter votre ruban blanc en guise de solidarité ! Nous en profitons pour remercier chacune des travailleuses des organismes de la Mauricie qui viennent en aide aux femmes victimes de violence :

CALACS de Trois-Rivières

CALACS Entraid’Action

Centre de femmes de Shawinigan

Centre des femmes L’Héritage

Centre de santé des femmes de la Mauricie

Femmes de Mékinac

La Séjournelle

Le Toit de l’amitié

Maison de Connivence

Maison Le Far

Centre Asperimowin

Les derniers mois exceptionnels que nous avons vécu, des mois de pandémie et de confinement, ont exacerbé les violences de toutes sortes. Les violences se sont aggravées, intensifiées et transformées. Ces violences sont sexistes et sexuelles, elles sont racistes, coloniales, capacitistes et homophobes et elles empêchent les femmes d’être entendues. Les impacts de ces violences systémiques se fait sentir chez toutes les femmes mais notamment : chez les femmes autochtones, chez les travailleuses de la santé, chez les femmes que la société racise, chez les femmes immigrantes, chez les personnes LGBTQ+, chez les femmes en situation de handicap, chez les femmes confinées, celles vivant avec des enjeux de santé mentale, les femmes incarcérées ou judiciarisées, les femmes sans statut, les travailleuses du sexe et chez les femmes en situation d’itinérance.

Dans ce contexte de multiplication des violences, les barrières d’accès aux services obstruent encore le parcours de nombreuses personnes. Sur le terrain, aucun droit ou autre forme de protection, que nous avons obtenu grâce aux luttes antérieures, ne peuvent être pris pour acquis. Encore tellement d’obstacles, de discrimination et d’inégalités affectent les personnes aux croisées des oppressions, les violentent, les fragilisent voir les tuent. Ces violences systémiques persistent de façon d’autant plus insidieuses puisqu’elles se développent et se nourrissent dans le silence.

Déconfinons la conversation autour des violences que vivent les femmes et refusons le silence en faisant (re)connaître toutes les formes de violences systémiques. Continuons ensemble notre lutte pour l’élimination des violences envers les femmes.