Projets réalisés

Depuis 1997, la TCMFM réalise différents projets pour le bien-être des femmes de la Mauricie. Découvrez les différents projets réalisés.

Mauriciennes d’influence

1999-2019

Depuis 1997, la Table de concertation des femmes de la Mauricie (TCMFM) porte une attention particulière à l’autonomie économique des femmes et à leur place dans les instances décisionnelles et les lieux de pouvoir.

Après avoir été une actrice clé dans la mise en œuvre des projets Femmes et entrepreneuriat Mauricie (FEM), devenu Femmessor Mauricie, et Femmes et production industrielle (FPI), devenu Femmes en parcours innovateur, la TCMFM a mis sur pied le projet Mauriciennes d’influence. Le 1er colloque Mauriciennes d’influence a été présenté en 1999.

Le projet est basé sur le postulat que les instances dirigeantes ne peuvent que bénéficier de l’apport des femmes de leur territoire. Son objectif est d’accroître la représentativité féminine là où les décisions se prennent. Le projet a consisté à créer un espace de formation et de réseautage pour les femmes qui se distinguaient par leur volonté de s’impliquer activement dans les lieux de pouvoir de leurs communautés : milieu scolaire (conseil d’établissement, commission scolaire), de travail (conseil d’administration, comités), des affaires, de la politique, de la santé et des services sociaux, etc.

Plusieurs outils ont été développés au cours des années, tant pour outiller les femmes que pour soutenir les instances décisionnelles désirant faire une place aux femmes. Par exemple : une banque de candidatures en ligne, des agendas et un guide des élections municipales, la trousse VITAL pour développer des projets de participation citoyenne, des campagnes publicitaires de sensibilisation.

Le réseautage et la formation des femmes, élues ou candidates, ont été les activités phares de Mauriciennes d’influence. Annuellement, un événement d’envergure, par exemple un colloque sur une thématique particulière, était organisé. À partir de 2000, la TCMFM a présenté le gala Mauriciennes d’influence tous les deux ans. Cet événement de plus en plus attendu dans le milieu a permis de remettre des prix « reconnaissance » aux femmes de la région qui se sont démarquées par leur implication dans des domaines aussi divers que l’environnement, la politique, l’éducation, les arts, le développement et la santé.

En avril 2015, la TCMFM accuse la perte du financement des activités Mauriciennes d’influence en raison de la période d’austérité instaurée par le gouvernement de l’époque.

En 2019, après plusieurs années à tenir le projet à bout de bras, la TCMFM organise le dernier gala Mauriciennes d’influence, tout en soulignant les 20 ans du projet.

Bien-être des femmes, santé et ses déterminants

1997-2016

La santé des femmes fait partie des priorités historiques de la TCMFM. En 2008, la signature d’une entente spécifique en matière d’égalité permet l’élaboration et le suivi d’actions ciblées en matière de santé et de bien-être des femmes.

Un Portrait sur la santé des femmes en Mauricie est réalisé en 2012 en collaboration avec Mirelle Lalancette, professeure-chercheure à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

C’est aussi en 2012 qu’est produit un répertoire des outils et des animations existants sur l’image corporelle et l’hypersexualisation grâce au travail d’une stagiaire en communication sociale de l’UQTR.

Les années suivantes, le concours « Mon image Ton regard » est mis en place afin de permettre aux jeunes âgés de 13 à 17 ans de s’exprimer sur les effets néfastes de l’hypersexualisation.

En 2014, la TCMFM a présenté quatre capsules vidéo abordant les priorités régionales en matière de santé et bien-être des femmes. Cette série se regroupe sous le thème « Pour mieux aider, il faut mieux comprendre ».

Faute de ressources et à défaut de trouver un financement adéquat, la TCMFM ne porte plus de projets en santé et bien-être des femmes. Elle reste toutefois impliquée dans les revendications de ses membres pour le maintien d’un système de santé universel, gratuit et accessible. Elle exerce également une veille sur les enjeux liés à la condition féminine, dont la santé et le bien-être font partie intégrante. Elle continue ainsi à soutenir ses membres et à s’impliquer dans des comités afin de poursuivre les réflexions et de participer à l’émergence de solutions pour améliorer les conditions de vie des femmes, notamment en matière de violence et auprès des femmes vulnérables, autochtones, immigrantes et racisées.